Oriental Marocain

Oriental Développement

Oriental Tourisme

Oriental Technologies

Oriental Carrières

Oriental Culture

Oriental TV

Discovering Oujda

Discovering Berkane

Discovering Nador

Discoering Figuig

Discovering Taourirt

Discovering Jerada

Discovering Driouch

Discovering Guercif

Une position charnière

Imprimer la page

De par cette situation géographique centrale en Afrique du Nord,  sur la rive Sud de la Méditerranée,  et aussi et surtout de par son histoire, la Région de l’Oriental a connu de multiples influences dont certaines sont restées ancrées dans la culture actuelle.

Aux Origines de l’Humanité…

Si le Maroc est un véritable livre ouvert de l’histoire du relief de la terre, il l’est également pour ce qui concerne la préhistoire de l’humanité et surtout dans cette région de l’Oriental.

La présence humaine y est attestée depuis les temps les plus reculés : au-delà de 400 000 ans des vestiges et des témoignages de cette présence humaine témoignent des différentes civilisations qui s’y sont succédé.

Elles se retrouvent dans de nombreux sites dont les plus récemment fouillés dans le Rif Oriental n’arrêtent pas de nous étonner par la richesse de leur témoignage (cf communication du Pr. A. Mikdad, in « Rencontre, Patrimoine Culturel & Développement Régional : L’Oriental Marocain » (Actes du Colloque international à  Paris le 15 Mars 2011, au siège de l’UNESCO ; Publication Agence de l’Oriental avec le soutien du PNUD. Fev.2012) dont nous avons extrait les illustrations ci-dessus.

Ainsi cette présence humaine se retrouve-t-elle dans les nombreux sites déjà fouillés ou en cours (Grotte des Pigeons à Tafoughalt  fouillée dès 1947; Grotte du Chameau dans la vallée de Zegzel; Grotte du Rhafas dans les monts d'Oujda; Grotte de Guenfouda; Grotte d'Ifri N'Ammar et Grotte d'Ifri L'Baroud près d’Afsou) ou alors à travers les témoignages de la protohistoire (Peintures et gravures rupestres  dans la région de Figuig). Leurs résultats prouvent la présence de l’Homme depuis l’homo erectus en passant par le Sapiens sapiens de Tafoghalt (correspondant au Cro-magnon d’Europe)  jusqu’au néolithique et sa fameuse révolution dont les témoignages d’ustensiles et de poteries nous confirment cette présence en continue rarement égalée.

Les  fouilles  dans la vallée du Zegzel où la Grotte de Pigeons ont pu même enregistrer une « première mondiale » avec le crâne trépané suite à une opération in vivo réussie !


De l’Empire Romain d’Occident…

De l‘époque romaine, on ne trouve que des écrits, et une hypothèse de site fortifié au Jbel Mahceur à l’Est d’Oujda). Cependant l’on sait que la Région se trouvait dans la limite orientale du Royaume Massaesyle Maurétanien et par la suite fait partie de la province romaine à la confluence de la Tingitane et de la Caesarienne non loin de Pomarée (actuelle Tlemcen).


De la conquête arabo-musulmane…

Au 7ème siècle, suite à la conquête arabo-musulmane, la région de l’Oriental devient un point relais de la route vers l’Orient mais aussi vers le Sud et la route caravanière qui passe par Figuig et Sijilmassa en provenance d’Afrique Sub-Saharienne (bilad as soudane).

En  994 le Zénète Ziri Ibn Attia fonde la cité d’Oujda, dans un site choisi pour sa position dans la plaine des Angad, non loin de l’oasis et des sources de Sidi Yahya, et  à proximité des montagnes-refuges des Zénètes Sanhaja.


Une cité stratégique de la dynastie Mérinide…

Originaires de l’Oriental, il était normal que les Mérinides (XIV s.) s’intéressent à Oujda dans le cadre de leur rivalité avec leurs cousins Zayyanides de Tlemcen. Ils commencèrent par la « détruire » pour ensuite la doter de fortifications (l’actuel fossé hors de l’enceinte en serait un vestige) et d’infrastructures urbaines dignes d’une grande ville : la mosquée à khotba-Jama’ Lakbir, sa madrasa et « l’ancien Hammam » (hammam al bali), datent de l’époque mérinide seraient de cette époque.


Place de la Région sous la Dynastie Alaouite…

Au cours de la seconde moitié du XVII ° s. l’Oriental verra la montée  d’une seconde dynastie à partir de son territoire et avec le concours  de ses populations. Ainsi après avoir éliminé Ibn Macha’al et mis la main sur un « trésor de guerre précieux » que My Rachid entama la prise de pouvoir et la conquète du reste du Maroc. Au cours du règne de My Ismail la région est dotée de nombreuses Kasba  (Taourirt, Laayoun, Guercif, Msoun) et  de contingents de Abid Al Boukhari qui sécurisent les routes commerciales et l’ensemble de la région.

Moulay Ismail devait avoir des différents avec Les Turcs du Beylik d’Oran qui amenèrent ces derniers à occuper Oujda mais ils devaient l’évacuer suite à des négociations et l’intervention du Sultan Turc.

Du protectorat français…

Les visées de la France et des colons français de l’Ouest Algérien se font pressantes avant même « la pacification » de l’Algérie. Si Figuig est bombardé en 1900, occupé puis évacué, Oujda est occupée le 24 mars 1907 bien avant la signature du Protectorat en 1912.  Elle verra se réaliser les premières infrastructures modernes du pays dont une ligne de chemin de fer qui la relie à l’Algérie ainsi que les premiers établissements d’enseignement moderne (Ecole Sidi Ziyane,  première école moderne, Lycée de Garçons).

De cette colonisation la région héritera également d’un urbanisme et d’une architecture modernes visibles surtout dans la capitale régionale qui abrite quelques chefs-d’œuvre dans ses bâtiments publics comme la Poste, le tribunal ou encore l’ancienne Banque du Maroc. La Région connait aussi un essor remarquable avec le développement de l’agriculture moderne surtout dans les Trifa, et l’industrie minière dans les sites de Jérada (anthracite) Boubker – Zellidja, Bouarfa et (polymétallique). Elle entre dans la modernité et se présente comme une région cosmopolite.

Mais ce « protectorat » qui se transformait petit à petit en colonisation ne pouvait durer et la résistance marocaine pour y mettre fin se déclencha dans tout le Maroc et a vu la Région de l’Oriental et sa population y occuper une place remarquable pour aboutir à l’indépendance du Maroc et  continuer par  solidarité avec le peuple algérien jusqu’à son indépendance


D’aujourd’hui et de demain…

Aujourd’hui, la Région, avec l’Initiative Royale pour le Développent de la Région de l’Oriental -proclamée par S.M. Le Roi  le 18 Mars 2003 -  voit se réaliser des infrastructures et s’organiser les activités autour de pôles importants dans les domaines de l’agro-industrie, des technologies de pointe, elle s’ouvre au tourisme avec le projet déjà fonctionnel de Saidia et qui sera rejoint par le Pôle Mar Chica qui viendra transformer toute cette partie de la côte méditerranéenne et ouvrir encore plus la Région. 

Ce développement de grandes infrastructures touristiques ne peut pas occulter le tourisme de niche ou le tourisme durable pour lesquels l’Oriental offre des sites et des paysages uniques et l’accueil d’une population qui a gardé parmi ses valeurs une hospitalité que ne peuvent oublier ceux qui ont eu le loisir de la rencontrer pour y découvrir un patrimoine témoin de l’homogénéité de la région.